28 octobre 1846 : Naissance d'Auguste Escoffier à Villeneuve-Loubet (France), village situé à 15 kilomètres de Nice.

1859 : A 13 ans, il commence à travailler comme apprenti chez son oncle au «Restaurant Français» à Nice. Il s'initie, non seulement à la cuisine, mais à tous les autres services : achats, service de table.

1865 : A 19 ans, il devient commis rôtisseur, puis saucier au «Petit Moulin Rouge», rue d'Antin à Paris (France).

1870 : La guerre franco-prussienne éclate. A la demande du Colonel d'Andlau, Escoffier est nommé Chef de cuisine au quartier général de l'Armée du Rhin à Metz. Après la chute de la ville, il le devient au quartier général de Mac Mahon, prisonnier à Wiesbaden (Allemagne). Il écrit les Mémoires d'un cuisinier de l'Armée du Rhin.

1873 : Escoffier est Chef de cuisine au «Petit Moulin Rouge», restaurant toujours à la mode à Paris, dont les habitués sont le Prince de Galles, le Duc de Morny, Gambetta, Mac Mahon, Sarah Bernhardt...

1876 : Ouverture à Cannes (France) de son propre restaurant : «Le Faisan Doré». Il va se partager, pendant plusieurs années, entre Paris et Cannes.

1884 : Escoffier fonde la revue L'Art Culinaire. Il est engagé comme Chef de cuisine au «Grand Hôtel» à Monte-Carlo par César Ritz qui en est le directeur. C'est là le début d'une longue collaboration entre César Ritz et Auguste Escoffier. Jusqu'à 1888, ils vont se partager entre la saison d'hiver au Grand Hôtel de Monte-Carlo, et la saison d'été au «Grand National» de Lucerne.

1890 : Escoffier prend la direction des cuisines du «Savoy» à Londres (Angleterre), prestigieux établissement construit par d'Oily Carte, homme d'affaires influent, et dont Ritz prend la direction générale. «Le Savoy» devient le rendez-vous de l'élite internationale. Le Duc d'Orléans, alors exilé, y avait ses appartements privés. La cantatrice Nellie Melba y habita entre 1892 et 1893.
Pendant sept ans, Auguste Escoffier va servir les grands de ce monde et créer des plats restés célèbres : «Les filets de sole Coquelin», «Le homard aux feux éternels», «La volaille à la Derby», «La pêche Melba», «Les cuisses de nymphe à l’Aurore», «Les suprêmes de volaille Jeannette», etc.

5 juin 1898 : Ritz ouvre à Paris l'hôtel de sa société : «Le Ritz», place Vendôme. Escoffier a organisé l'installation des cuisines et en prend la direction. Le succès du Ritz est immédiat.

1899 : Retour d'Escoffier à Londres pour l'installation des cuisines du «Carlton», dont Ritz devait prendre la direction. Ouverture du «Carlton» le 1er juillet. Escoffier y restera jusqu'en 1920.

1903 : Première parution du Guide Culinaire.

1904 : Escoffier aménage les cuisines des restaurants des paquebots de la compagnie de navigation allemande «Hamburg Amerika Lines».

19 juin 1906 : A bord de «l’Amerika», Auguste Escoffier rencontre l’Empereur d’Allemagne Guillaume II.

1919 : A 73 ans, Auguste Escoffier publie L'aide-mémoire culinaire. Le Président Raymond Poincaré, en visite à Londres pour célébrer le premier anniversaire de l'Armistice, lui remet la Légion d'Honneur.

1928 : Escoffier est fait Officier de la Légion d'Honneur par le Président Edouard Herriot.

1934 : Publication de Ma cuisine.

12 février 1935 : Auguste Escoffier meurt à Monte-Carlo, deux semaines après son épouse Delphine. Obsèques solennelles à l'église Saint-Charles. Inhumation dans le caveau de famille à Villeneuve-Loubet.