L'importance de l'activité professionnelle d'Escoffier, surtout à l'étranger et le prestige que la perfection de son travail a apporté à la France furent immenses.

C'est pourquoi le Président Raymond Poincaré en visite officielle à Londres le 11 novembre 1919 le fit Chevalier de la Légion d'Honneur. Puis en 1928, il est fait Officier de la Légion d'Honneur, premier chef de cuisine à recevoir cette distinction, il redonne à ce beau métier ses lettres de noblesse.

En quittant Londres en 1920, à soixante treize ans, Auguste Escoffier allait vivre à Monte-Carlo une retraite active.

 
 

Demandé en Europe, aux Etats-Unis pour mettre en route des hôtels, présider des expositions culinaires, il jouissait d'un grand prestige professionnel.

C'est alors qu'il rencontrait Julius Maggi et qu'il coopérait avec lui pour mettre au point l'utilisation du célèbre bouillon Kub, inaugurant ainsi la première collaboration entre un grand chef et une industrie agro-alimentaire.


Auguste Escoffier mourut à Monte-Carlo le 12 février 1935, quinze jours après sa femme Delphine. Ses pairs lui firent des obsèques solennelles et il fut inhumé dans le caveau de famille à Villeneuve-Loubet.